mardi 19 juin 2018

I am the Night - Mon casting idéal pour Batman


Bon. Vous le savez peut être parce que je le crie environ 40 fois par jour à plein poumons: j'adore Batman. J'adore ce comic, cet univers et en particulier ses méchants. Comics, films, séries, jeux vidéos, dessins animés... etc. Tout y passe. Vous vous imaginez donc que j'ai un avis assez arrêté sur les versions des personnages que je préfère et que clairement le costume de Batman avec des tétons, c'était pas la meilleure idée du monde (clairement pas).

Offrez-moi la batmoto svp j'suis sympa.


Pour être tout à fait honnête, je ne pensais pas aborder ce vaste sujet qu'est Batman aussi tôt sur le blog (qui n'a même pas un an). Je le dis de façon plutôt solennelle, mais le sujet étant une vraie passion, j'avais envie de faire les choses « bien ». Je vous dis donc dès maintenant qu'il y aura bientôt plusieurs articles sur ce thème histoire notamment parler des comics (par où commencer quand on veut débuter, mon top 5...etc.). Mais ce n'est pas pour ça que je vous en parle aujourd'hui.

Non, aujourd'hui, j'ai voulu revenir sur une information (voire deux) que j'ai vu passer sur le fabuleux monde de l'Internet. La première: Martin Scorcese préparerait un film sur le Joker avec Joaquin Phoenix dans le rôle du personnage, la seconde: un autre film sur le Joker verra le jour, cette fois-ci campé par Jared Leto. Si la première nouvelle m'intrigue autant qu'elle me ravit, la seconde m'a franchement énervée.

Moi quand j'ai appris qu'on allait avoir un film sur le Joker de Suicide Squad

Même si en soi le projet d'un film sur le Joker vu dans Suicide Squad n'est pas une mauvaise idée (puisqu'on le connaît à peine, on ne l'aura vu que 10 minutes pendant le film, la production préférant visiblement Will Smith-Askip-Deadshot-Mais-Ça-Se-Voyait-Pas-Trop-Qu'il-Incarnait-Un-Personnage), je m'offusque quelque peu de cette décision.

Will Smith qui a bof réussi à incarner le personnage de Deadshot

Je n'aime absolument pas cette version du Joker. Je suis partisane de la prise de risque, du renouvellement et pourtant je déteste cette interprétation. Je le trouve trop « chef de gang » prêt à afficher l'argent qu'il amasse à la moindre occasion, sans aborder l'aspect complètement instable du personnage qui détruit Gotham pour aucune raison et qui ne vit que pour Batman. Et je ne mentionnerai même pas le fait que les équipes du film aient complètement volé le look des Die Antwoord pour ensuite les faire passer pour des idiots une fois qu'ils avaient eu les infos stylistiques dont elles avaient besoin. Et donc pour tout ça, pas besoin d'un film complet pour savoir que je n'adhère pas à cette version.


Mais au lieu de vous étaler purement et simplement les raisons pour laquelle faire un film sur le Joker de Suicide Squad est la pire idée du siècle, je me suis dit qu'il serait bien plus productif de vous parler de mon casting idéal d'un film Batman.

Non parce que ça va bien deux secondes de gueuler à tout bout de champ sur les acteurs/actrices choisi(e)s pour un film. La vraie question serait plutôt : qui serait -à mon sens- fait(e) pour les différents rôles ? Tour d'horizon.

J'emprunte des expressions journalistiques pour me donner du crédit, faites semblant d'avoir rien vu.


Batman/ Bruce Wayne – Jon Hamm


Jon Hamm, c'est le Don Draper de Mad Men, une série qu'elle est excellente. Soyons honnêtes, si je le choisis pour être Batman, c'est surtout parce que je le vois parfaitement incarner le personnage de Bruce Wayne. Sa tendance jet-setteuse, son côté playboy propre sur lui lui siérait parfaitement. Mais au fil des 7 saisons de Mad Men, Jon Hamm a su montrer qu'il était un excellent acteur (surtout parce que j'ai eu envie de lui crever les yeux environ 275 fois par épisode). Je lui ferais donc tout à fait confiance pour incarner un Batman réaliste et juste, dans la lignée du Batman des films de Nolan (ma version film préférée mais je vous en parlerai une autre fois – quitte à me battre avec deux d'entre vous).

Le Joker – Andrew Scott


Puisque c'est par là que tout a commencé, autant crever l'abcès aussi vite que possible: Andrew Scott serait parfait pour le rôle du Joker. Même si j'ai été incroyablement (et agréablement) surprise par la prestation de Cameron Monaghan dans la série Gotham, je serais vraiment très curieuse de voir où cet acteur pourrait amener un personnage aussi complexe et fou. On connaît Andrew Scott pour son rôle de Moriarty dans la série Sherlock. Et depuis cette scène où on le voit dans une chambre d'asile, je garde en tête l'idée qu'il incarnerait le Joker à la perfection. Froid, dévoilant en même temps sa folie. Digne, tout en volant les bijoux de la reine habillé en touriste beauf... J'ignore si Gattis et Moffat s'étaient inspirés du Joker pour remettre au goût du jour Moriarty, mais j'ai très vite fait le lien entre les deux personnages. Et autant vous dire que ça me plaît.

Double Face- Gabriel Macht


Gabriel Macht, c'est Harvey Specter dans la série Suits. Il joue dans la série un Harvey Specter sûr de lui, un avocat anciennement assistant du procureur qui ne cesse d'enchaîner les pirouettes juridiques pour sortir ses clients d'affaire. J'ai tilté à cause de son côté équilibriste, l'issue des affaires de Suits ne tenant qu'à un fil (ouais je fais des jeux de mot aussi). Peut être aussi parce qu'il travaillait dans un bureau de procureur et que Double Face était procureur lorsqu'il était encore Harvey Dent. Peut être même encore parce que les deux personnages s'appellent Harvey (non). En tout cas, je le vois bien comme ça.

Catwoman – Eva Green


Je ne vais pas vous mentir (beaucoup d'honnêteté aujourd'hui), cet article est en fait un tweet que j'avais posté il y a quelques mois où j'imaginais déjà mon casting idéal pour un futur film Batman. L'amie Chouette n'étant pas d'accord avec mon choix de Poison Ivy m'avait proposé Eva Green pour ce rôle. Même si je conçois tout à fait la dimension venimeuse que peut avoir Eva Green (première fois de ma vie que je me dis qu'une actrice a un côté venimeux...), à y réfléchir, je trouve qu'elle serait encore mieux en Catwoman. Espiègle et agile, toute de noir vêtue avec son regard malicieux. Non vraiment, Eva Green ferait une excellente Catwoman.

Poison Ivy – Christina Hendricks


Mad Men a décidément un casting très « Batman friendly » (j'utilise cette expression comme si tout était normal, sans pression). Mais reconnaissons-le, Christina Hendricks serait parfaite pour Ivy. Son côté séducteur, nonchalant et sûr de soi qu'elle finit par fragiliser dans Mad Men irait parfaitement avec le personnage d'Ivy. Et rousse par dessus le marché ! Non vraiment. Christina Hendricks en Poison Ivy je persiste et je signe (et je donne tout mon argent pour voir ça sur grand écran).

Je me suis arrêtée là pour le casting, bien que l'univers Batman comporte une foulitude de personnages intéressants à voir à l'écran. Il faudrait que j'y réfléchisse plus longuement. Et puis il y a aussi ces acteurs que je trouve déjà parfaits pour leurs rôles:


Cory Michael Smith en Sphinx (Gotham)
Donal Logue en Harvey Bullock (Gotham)
Michael Caine en Alfred Pennyworth (Trilogie de Nolan)
Morgan Freeman en Lucius Fox (Trilogie de Nolan)


Bon mais du coup, vous avez des idées vous ?

mardi 12 juin 2018

Testé et approuvé par Sheshe – Les culottes menstruelles Thinx


Disclaimer: si vous avez cru que j'allais faire un disclaimer parce que je vais parler de RÈGLES et des joyeusetés qui les accompagnent, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil. Bisous.

Comme je suis toujours au fait de l'actualité et que j'ai toujours un coup d'avance, je vous présente aujourd'hui les culottes Thinx, une marque dont on a commencé à parler il y a environ 3 ans.
Il n'empêche, après avoir longuement hésité, je les ai testé. Ça fait maintenant 8 mois que je les utilise donc je me suis dit qu'il était temps de vous faire un retour dessus, parce que je les ai très clairement adoptées.



Mais qu'est-ce que sont les culottes Thinx ?

Les culottes Thinx sont des culottes menstruelles destinées aux personnes qui ont leurs règles. Elles se portent comme des sous-vêtements sauf qu'elles vont agir comme une véritable protection hygiénique, c'est ça la magie.
Thinx n'est pas la seule marque qui produit ce genre de culottes mais elle se démarque clairement comme leader du marché.

Quel est l'intérêt de ces culottes ?

Tandis que je pensais avoir trouvé la solution à tous les problèmes de la vie avec ces culottes (même réconcilier les deux Corées), j'appelais ma mère pour lui raconter à quel point cette petite invention était formidable. Évidemment, elle n'a pas pu s'empêcher de me rétorquer: «non mais attends ça existait déjà, je vois pas en quoi c'est une révolution ton truc».
Alors, non maman.

Ces culottes sont une véritable révolution par rapport à ce qui se faisait dans le passé, avant l'arrivée des serviettes jetables, compte tenu de leur épaisseur et de leur look. Elles ne ressemblent pas à des couches, ne sont pas du tout envahissantes. Pas d'odeur ni de sensation de mouillé. Pour vous dire, on oublie même qu'on les porte.


Pourquoi avoir mis autant de temps à se lancer dans ce crash test ?

Étant une adepte de la cup que j'aime d'amour, je ne me posais pas vraiment la question du test de ces culottes étant donné qu'elle me convenait absolument parfaitement. Du moins je croyais.
Assez peu informée sur les dangers du choc toxique (excellente vidéo de Coline sur le sujet si vous ne voyez pas de quoi je parle), je pensais que les utilisateurs/utilisatrices de la cup en étaient totalement protégé(e)s. Ce qui est bien évidemment faux.

Rappelez-vous: au début de l'émergence de la cup, on nous disait qu'on pouvait la porter 12 heures non stop sans que ça pose problème. Quelques années plus tard, il semblerait que les fabricants et scientifiques soient un peu moins généreux quant à cette durée et préconisent plutôt 4 heures.

Et c'est là que tout a basculé.
(J'adore ajouter du suspens quand je parle de règles)

Moi qui étais si tranquille avec ma cup, comment est-ce que j'allais faire pour la nuit ? Je flippais littéralement à l'idée de risquer le choc toxique (qui peut aboutir à se faire amputer les jambes).
Retourner aux serviettes jetables ? Hors de question que je mette encore autant d'argent dans une chose qui fait autant de mal à mon corps et à la planète avec tout ce chlore et ce gaspillage. C'est là que les culottes Thinx se sont présentées comme l'alternative parfaite.


Mais comment ça fonctionne ton machin qui fait 2 cm d'épaisseur pour être aussi efficace ?

Comme il s'agit d'une technologie assez pointue et que j'ai pas fait sciences de l'ingénieur, je vais vous laisser avec ce merveilleux schéma disponible sur le site de la marque.



Du coup tu les utilises tout le temps ?

Là où beaucoup n'utilisent plus que ces culottes pendant leurs règles, je ne les utilise que la nuit. J'alterne donc entre cup et culottes et je pense avoir ainsi trouvé un équilibre qui me convient en tout point.


À qui est-ce destiné ?

À toutes les personnes qui ont leurs règles, que vous ayez un flux abondant ou non. C'est le mode d'utilisation qui variera selon votre flux: si vous avez vos règles en petite quantité, les culottes à elles seules vont suffiront. Si c'est les chutes du Niagara tous les 21 jours, vous pouvez les coupler avec une cup ou un tampon (bio svp, merci de respecter votre organisme).


Comment est-ce que ça se lave ?

Pour laver ces culottes menstruelles durant la période de règles, il faut tout d'abord les tremper dans une bassine d'eau froide (jamais chaude, pour ne pas fixer le sang sur le tissu). Puis de bien les laver avec une lessive à la main. On fait sécher et hop, elles sont de nouveau portables.
En dehors de la période de règles, une fois les culottes lavées, il suffit de les mettre à la machine. C'est terminé, au placard pour un mois !
Certes, cette histoire de lavage est la partie la moins fun, mais le dérangement vaut le coup.


Est-ce que c'est cher ?

Je ne peux pas personnellement attester de la durée de vie de ces culottes mais je peux déjà vous dire qu'en 8 mois elles n'ont pas bougé d'un poil.
Selon le modèle que vous choisirez (string, boxer, tanga...etc.), leur prix variera entre 24 et 40 dollars (mais entre nous si vous êtes prêt(e)s à porter un string menstruel, c'est que vous avez vachement confiance entre votre corps).
Certes, cela représente un certain coût, sans compter la livraison (et sans compter les putains de frais de douanes qui peuvent vous tomber sur la tronche de manière absolument aléatoire N'EST-CE PAS MOI -je vous préparerai bientôt un article sur ces taxes du diable-).
Mais comme pour la cup, je vois ça comme un investissement à long terme. Je ne rachète pas ces culottes tous les mois. J'en possédais deux et viens seulement d'en recevoir deux autres, dans l'unique but d' être plus confort au niveau de la rotation et du lavage.



C'est fabriqué où et conçu par qui ?

Thinx est une marque militante qui souhaite combattre le tabou persistant autour des règles. Cette marque a été lancée par trois canadiennes, les jumelles Radha et Miki Agrawal et Antonia Saint Dunbar.
Leurs culottes sont fabriquées au Sri Lanka, certes, mais de manière équitable tout en respectant l'environnement, autant que faire se peut. 


Les photos de leurs mannequins ne sont pas retouchées. Chez Thinx, on ne gomme pas la cellulite. D'ailleurs, la marque se présente comme destinée aux «gens qui ont des règles» et non pas aux femmes seulement, une inclusion qui me fait particulièrement plaisir. Parce que les règles ne sont pas qu'une question qui concerne les femmes. 


Je termine cet article en vous disant que vous pouvez essayer les culottes de cette marque pendant 60 jours. Si celles-ci ne vous convenaient pas, le site garantit un remboursement intégral sans poser de question.


Que demande le peuple ?

mardi 5 juin 2018

«Il faut sauver Willy» - Je suis allée voir Mutafukaz


Pour tout vous dire, j'hésitais à écrire un jour un article sur un film que je serais allée voir. Je me disais que j'en parlerai seulement dans une vidéo « Validé par la Street » mais je pense faire quelques exceptions. Certains films, comme celui que je vais vous présenter aujourd'hui, ont besoin que l'on parle d'eux pour plusieurs raisons, que je vous exposerai plus loin dans l'article.

Mutafukaz 
de Shōjirō Nishimi et Guillaume « Run » Renard


Je me suis trompée environ 68 fois dans l'orthographe du titre, mais ça va mieux.



Dans la ville de Dark Meat City, jumelle maléfique de Los Angeles, Vinz et Angelino enchaînent les petits boulots. Ces deux potes sont colocs et vivent dans un appartement miteux. La débrouille est au cœur de leur quotidien. Lors d'une banale livraison de pizza à bord de son scooter, Angelino percute un camion. Suite à cet accident Angelino voit des choses étranges, qui le conduiront à découvrir qu'une grande destinée l'attend.

Il a quand même une super tête, cet Angelino


Mutafukaz est un film d'animation franco-japonais adapté d'une bande dessinée du même nom, réalisé par Shōjirō Nishimi et Guillaume « Run » Renard et produit par Ankama (Wakfu, Dofus).

Les personnages principaux sont campés par Orelsan et Gringe. Le duo fonctionne très bien puisque la dynamique de Vinz et Angelino est très similaire à leurs personnages des Casseurs Flowters, leur groupe de rap. En personnage secondaire, nous retrouvons l'excellent Redouane Harjanne, fidèle à lui-même et toujours aussi drôle, avec qui le duo avait collaboré à l'occasion de leur film Comment C'est Loin.

Willy, Vinz et Angelino

Orelsan avait pour sa part déjà une petite expérience dans le monde du doublage puisqu'il avait déjà travaillé trois ans auparavant sur l'anime One Punch Man. À ce propos, le doublage d'animation semblait déjà être une évidence pour le groupe quand on sait l'influence qu'ont les mangas et les animes dans leur vie (il suffit pour cela d'écouter l'ouverture de leur premier album « Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters » ).


Ce sont les Toxic Avengers et Guillaume Houzé (musique de Dofus) qui signent la BO du film. Une excellente BO à laquelle Mat Bastard, ancien leader du groupe Skip the Use ( RIP petit groupe parti trop tôt ) a participé. 



Pour ne pas vous mentir si j'ai adoré les visuels, l'ambiance ainsi que la musique, le scénario quant à lui présentait selon moi quelques incohérences. Elles n'étaient pas graves en soi mais elles ont pu perturber mon expérience de spectatrice. Je m'explique: évoluant dans un monde d'humains, vous serez d'accord pour dire que Vinz, Angelino et Willy n'ont pas exactement des têtes d'humains. Or une bonne partie de l'histoire est tournée autour du fait qu'Angelino soit exceptionnel et on nous parle de son apparence physique pour appuyer ce propos... Les gars, ses potes ont respectivement une tête de mort enflammée et une apparence de renard avec des bagues aux dents. Pourquoi pas eux aussi ?

Bah tu m'excuseras Vinz mais t'as pas vraiment une tête banale, hein

Alors certes, je n'ai pas lu les bandes dessinées (chose que je vais réparer quand j'aurai assez d'argent pour me les payer) donc la réponse y est peut être. Après tout, une adaptation demande toujours, malheureusement, de couper quelques éléments de l'histoire originelle. Mais pour le coup cette absence d'explication m'a personnellement pas mal dérangée. Et pourtant je ne me considère pas vraiment comme quelqu'un de tatillon ( enfin je crois ? À vous de me dire ).

L'intégrale papier de la série

Au-delà de ça, on rit énormément. Il y a un nombre incalculable de punchlines (dont une dans le titre de cet article) et de références (Men In Black, Pulp Fiction et tellement d'autres). J'ai passé un très bon moment et je pense sincèrement qu'il faut soutenir ce genre d'initiative. C'est un cinéma qui n'est pas souvent proposé, qui mérite d'être financé et seul un bon nombre d'entrées permettra de faire avancer les choses.


Néanmoins, je ne sais pas comment fonctionne l'organisation des distributions mais le film s'est retrouvé à sortir le même jour que Solo : A Star Wars Story. Alors je sais pas si Gringe et Orelsan attirent ce genre de coïncidences nulles mais je me souviens que leur film Comment C'est Loin qui lui aussi avait besoin d'être soutenu, était sorti une semaine avant l'épisode 7 de Star Wars, qui pour le coup avait complètement absorbé tout le box office puisqu'il s'agissait du grand retour de la saga. Va falloir m'expliquer.


C'est en raison de ce manque de moyens que ce film n'est pas distribué dans tous les cinémas de France, ce qui est franchement dommage.

Mais du coup vous l'aurez compris : foncez voir Mutafukaz avant qu'il ne soit plus joué, il le mérite ! Je vous mets la carte du circuit de distribution ici-même en vous disant à la semaine prochaine !



mardi 29 mai 2018

Des bibimbaps à perte de vue – Courez à la Bibimerie !


J'ai poussé vendredi dernier la porte bleue d'un petit restaurant « street food » appelé la Bibimerie. Bon je vais pas vous mentir, ce n'était pas totalement un hasard puisque j'en connais le gérant, Olivier, qui attendait ma visite depuis un moment (ouais je suis une resta de la bouffe, on me demande de venir dans les restaus vous allez faire quoi?).

Je n'avais jamais mangé de bibimbap de ma vie auparavant, ce qui est tout à fait surprenant connaissant mon amour pour la nourriture asiatique quelqu'elle soit. Toujours est-il qu'un autre monde s'est ouvert à moi et je ne suis pas sûre que cette nouvelle soit une bonne chose pour mon porte-monnaie.



Le mot « bibimbap » est une contraction des mots « bibimbmada » qui veut dire « mélanger » et de « bap » qui signifie « riz » (Wikipédia, toujours al pour nous). Ça vous voyez je ne le savais pas. Je ne savais même pas qu'il fallait mélanger et ma camarade de table n'a pas manqué de me hurler dessus pour que je le fasse (mais elle hurle toujours tout le temps alors ça va je n'étais pas vraiment choquée).

Les bibimbap de la Bibimerie (essayez de répéter cette phrase à voix haute 10 fois de suite) sont assemblés sur une base de riz blanc donc, avec des carottes rappées, des oignons rouges, du radis, des champignons et des courgettes.


Il y a à la carte 5 types de bibimbap: bœuf, poulet, saumon, tofu ou omelette. Étant végétarienne j'ai pris celui à l'omelette, appelé Lala (non chaque plat n'est pas appelé comme un personnage des Teletubbies à mon grand regret). À savoir que celui au tofu est végétalien et que c'est évidemment le prochain que je testerai.
La carte complète et en plus lisible est disponible plus bas

Traditionnellement les bibimbaps sont accompagnés de banchans, qui sont des hors d'oeuvres et que j'ai eu la chance de goûter: du kimchi (sorte de chou fermenté au piment), des racines de Lotus, du edamame (des petits haricots) ainsi qu'une purée de patate douce à l'ail et au piment doux. Je vous préviens tout de suite: le kimchi arrache alors si vous n'aimez pas tout ce qui est pimenté vous feriez peut-être mieux de l'éviter... De tous ces hors d'oeuvre j'ai préféré les racines de Lotus qui étaient vraiment excellentes.


Olivier m'a raconté l'histoire de ce plat coréen: à l'origine, seuls les agriculteurs mangeaient des bibimbaps. Le riz étant un basique de leur alimentation, ils cherchaient à l'agrémenter de quelque chose pour en faire un plat plus complet. Pour ce faire, ils prenaient quelques légumes issus de leur récolte et les mélangeaient au riz. À l'époque, le roi de Corée cherchait à élever un plat en tant que plat national. Souhaitant quelque chose d'équilibré, il demanda à sa Cour de trouver le plat le plus sain qui serait assez représentatif du pays. Les agriculteurs étant en très bonne santé grâce à tous ces légumes, le bibimbap fut choisi. Évidemment, le roi en fit une version plus luxueuse en y rajoutant de la viande, chose que les agriculteurs n'avaient pas les moyens de se payer puis il décréta le bibimbap comme plat national, tel que nous le connaissons.

Olivier, un mec qui a su rester simple malgré le succès

Ce plat était une très jolie découverte, d'autant plus qu'il m'a permise de me sentir healthy as fuck avec tous ces légumes et ça c'est plutôt pas mal. En dessert j'ai pris la meilleure chose qui soit: des mochis au beurre de cacahuète. Je ne sais pas quoi vous dire de plus que cette information parce que je pense que c'est suffisant pour vous convaincre d'y aller.



Comptez 12,50 € pour les bibimbaps, sachant qu'on mange à sa faim, le plat étant assez complet. Le restaurant propose aussi un menu le midi comprenant banchans et boisson, pour 14,90 €. 


En plus de ça le restau organise régulièrement des évènements comme des tournois de Mario Kart ou a plus récemment invité une graffeuse à décorer la vitrine en direct devant les clients alors je vous conseille de garder un œil sur leurs réseaux sociaux pour vous tenir au courant de ces évènements bien sympas.

C'est un lieu convivial à la déco épurée aux couleurs des deux Corées et de la France.



Et je vous le dis en avant-première parce que je suis un peu au courant des bails et tout, mais la Bibimerie lancera bientôt un menu brunch le dimanche et ajoutera également 2 cocktails à sa carte.


On s'y croisera les dimanches d'été ?


La Bibimerie
1, rue Lucien Sampaix
Paris 10ème

Du mardi au vendredi
12h – 15h
19h – 22h
Le samedi
12h30-15h30
19h30- 22h30
Fermé les dimanches (pour le moment) et lundis






mardi 22 mai 2018

J'ai testé pour moi – Le brunch du Potager de Charlotte


Ces derniers temps on a parlé société, travail artistique, sorties culturelles... L'heure est venue de parler des vraies choses de la vie, des choses essentielles à savoir LA BOUFFE.

Pour le coup, le restau que je vous présente aujourd'hui vaut son pesant de cacahuètes.

Bienvenue au Potager de Charlotte

Nickel j'ai encore faim


Ouvert fin 2015 par deux frères, le Potager de Charlotte propose de la nourriture entièrement végétalienne et généreuse. Non, les végétaliens/vegans ne mangent pas que des graines et ce restaurant en est la preuve vivante.

Je le connais depuis un moment. Je l'adore et je me suis dit que tester son brunch était une bonne occasion de vous le présenter.



La première fois que j'y suis allée, je m'intéressais déjà à la nourriture végétalienne mais je n'étais pas encore végétarienne. Ça correspond à la période où je commençais à vouloir y goûter parce que je trouvais intéressant de manger des plats qui n'étaient pas construits autour de la viande ou du poisson. 

Quoi qu'il en soit, je pense très clairement que ce restaurant a contribué à mon cheminement vers le végétarisme.

Je me souviens y avoir mangé 4 gnocchis gros comme la moitié de mon poing à la crème de riz, au tamari, aux girolles et crumesan (parmesan vegan). Connaissant ma capacité à manger, je pensais que les gnocchis ne me feraient pas un repas. Grande erreur. Vraiment, grande erreur. 

La deuxième fois, j'y ai goûté un duo de purées pommes de terre Samba et patates douces à la crème tamari, tomates séchées, coriandre fraîche et cacahuètes torréfiées. Un pur régal. 


À chaque fois, j'en suis ressortie avec le ventre plus que plein et le sourire aux lèvres. Et quand je souris pendant 15 minutes en sortant d'un restaurant en disant « waaah c'était bon », c'est que c'était très bon.

Voilà comme ça, je suis Garfield en fait

Toujours est-il qu'en bonne amoureuse de la cuisine, il s'avère que je suis une meuf qui fait des brunches. Ça m'arrive pas souvent, mais ça m'arrive. J'ai donc eu l'immense chance de découvrir leur formule petit déjeuner du dimanche matin, servie entre 11h et 15h.

Au menu salé

Avocat façon œuf dur avec houmous (HOUMOUUUS) et curcuma, que je connaissais déjà et qui est toujours autant une réussite.

Des crêpes de riz et pois chiche, crème de cajou aux herbes et piment d’Espelette. Clairement mes petites prefs de la formule, j'en pouvais plus tellement c'était bon.


Au menu sucré



Rose des sables, crème chocolat, noisettes torréfiées et grenade. Je l'ai trouvé un peu dure à manger à la cuillère (parce que très condensée). Bon après, c'est le dessert en question qui veut ça. Difficile de la prendre dans les mains donc, déjà parce que le restaurant est assez classe mais surtout parce que la rose des sables est posée sur la crème. Mais comme je ne recule devant rien en bonne grande battante, j'ai réussi à la manger sans faire de carnage et je peux vous dire que ça aussi c'était très bon (mais je pense que vous avez compris que j'avais trouvé tout très bon).


Enfin pour terminer, crêpe crème noisette coco, agave, chantilly de coco et fruits frais. Pour le coup aucun mal à dégommer l'assiette en 20 secondes top chrono. 



La formule comprend également 2 boissons, une chaude et une froide, au choix:

Café, thé, infusion ou chocolat chaud et jus de saison, smoothie ou agrumes pressés. J'ai personnellement opté pour un thé classique, vert à la menthe de chez Lov Organic et un smoothie maison aux myrtilles sauvages qui envoyait clairement du lourd.

Petit détail qui fait plaisir: la paille métallique accompagnant les jus pour éviter de gâcher du plastique.

J'ai aussi eu l'occasion de goûter le jus de saison au gingembre, céleri et concombre qui m'a donné un véritable coup de fouet.

Donc oui, j'ai mangé TOUT ça.


Quand je suis sortie du restau

Même sourire béat pendant 15 minutes en sortant de ce restaurant, c'est toujours un plaisir d'y manger.

Leur carte est peu fournie. Si j'ai bien appris un truc des émissions « Cauchemars en Cuisine » de Gordon Ramsay, c'est qu'un nombre de plats restreint sur une carte est un gage de qualité. Ça prouve que l'équipe porte plus d'attention sur l'élaboration de ses plats pour tirer le meilleur des produits.


Merci Gordon pour ta poésie et tes leçons de vie

Les plats proposés évoluent au fil des saisons. Donc si vous lisez cet article plusieurs mois après sa publication, il est fort probable que le menu ne soit plus le même. 

Le restaurant se fournit autant que possible sur le marché français et favorise les produits locaux. Il est même signataire de la charte régionale de la biodiversité et des circuits courts (CERVIA). Et ça c'est plutôt pas mal.

Le service est de très bonne qualité, tout le monde est adorable. À ce propos si vous avez des allergies alimentaires n'hésitez pas à en parler aux serveurs/euses qui vous guideront dans votre choix.

Le lieu est assez petit et rencontre un grand succès alors je vous conseille de réserver pour être sûr(e) d'avoir une place. La décoration est sobre mais efficace.

Photo tirée de leur site Internet

Côté sous, vous vous figurez qu'avec un tel niveau de qualité les prix ne sont pas ceux d'un fast food 
(29 euros pour le brunch). Mais très honnêtement, l'investissement vaut sincèrement le coup. Il me semble qu'ils proposent même des menus entrée/plat, plat/dessert ou les trois, ce qui peut aider.

Bref, je ne peux que vous conseiller d'aller faire un tour dans ce restaurant pour découvrir la cuisine végétalienne ou juste vous remplir la panse bien comme il faut !

Le Potager de Charlotte

12, rue de la Tour d’Auvergne 
Paris 9ème
Métro Anvers (2), Poissonnière (7) ou Notre-Dame-de-Lorette (12)

Heures d’ouverture


Mercredi & Jeudi :
19h – 22h30
Vendredi & Samedi :
12h – 14h30
19h – 22h30
Dimanche (Brunch) :
11h – 15h
Fermé tous les Lundi et Mardi



Réservation en ligne



Allez, je vous laisse avec la carte disponible au moment où je vous écris.